Cadre d’Intervention

Selon le Code du travail (Art L4631 1-2 et D4631-32), Le service social devrait être présent dans les entreprises employant 250 salariés et plus.

La loi du 20 juillet 2011 portant réforme des services de santé au travail rappelle les conditions d’existence et d’organisation des services sociaux du travail au sein desquels, dans la très grande majorité des situations, les professionnels sont des assistants de service social diplômés d’Etat.

 

Place au sein de l’Entreprise

Situé à l’interface entre la vie professionnelle et la vie personnelle, l’assistant social est appelé à agir sur différentes problématiques.

Au cœur d’un réseau dont il est participant ou initiateur, le service social intervient en collaboration avec les directions des ressources humaines, les managers mais aussi les acteurs de santé au travail que sont le médecin du travail, et les équipes pluridisciplinaires.

Le service social du travail est également un interlocuteur du Comité d’entreprise pour les questions qui relèvent du champ d’intervention de ce dernier, mais aussi du CHSCT dans le domaine de l’environnement et de l’organisation de travail.

 

Modalités d’intervention

Les professionnels du service social sont formés à l’aide individuelle, l’écoute, les méthodologies de résolution de problèmes mais aussi à l’action sociale d’intérêt collectif. Présent dans l’entreprise, agissant sur les lieux mêmes où se discutent les règles de métiers et se réalise l’activité, l’ assistant social effectue des permanences, reçoit sur RDV, se déplace dans les services et ateliers, participe à différentes réunions de l’entreprise ou de l’établissement… et peut se rendre à domicile si besoin.

Le service social intervient à la demande des salariés mais peut aussi recevoir des personnels sur orientation de l’encadrement, des directions, du médecin du travail. Dans tous les cas, il ne peut agir qu’avec l’accord express du salarié concerné (sauf situation de danger qu’il évaluerait).

Chaque année, le service social met en visibilité son activité dans un rapport annuel remis aux directions des entreprises, aux comités d’entreprise voire à d’autres instances.